Archives

Les dernières nouvelles

La Petite Côte, à Saly, complètement ravagée par l'océan; ce n'est pas nouveau, mais presque rien n'est fait...
Des hotels fermés ou dévastés, des restaurants sans âmes, une plage quasi inexistante, bref... ce n'est pas comme ça que les touristes seront tentés de revenir.
Le nouvel aéroport n'est toujours pas terminé, les vols sont toujours aussi chers, en résumé la leçon du visa n'a toujours pas été comprise et les touristes y regarderont à deux fois avant de revenir dans ce si beau pays.
Le secteur du tourisme au Sénégal est mort. Oui, il a finalement rendu l'âme, affaibli par une très longue maladie, victime de l'apathie et de la négligence des hommes. Abandonné par les uns et par les autres, ceux qui auraient dû le protéger « les autorités », et ceux qui étaient censés l'encourager, « les opérateurs privés ».



Dernier rapport Transparency International sur la corruption



"Si les empires, les grades, les places ne s'obtenaient pas par la corruption, si les honneurs purs n'étaient achetés qu'au prix du mérite, que de gens qui sont nus seraient couverts, que de gens qui commandent seraient commandés."

William Shakespeare - Le Marchand de Venise




Lire la suite...


Ligne ferroviaire Dakar-Bamako : la reprise du trafic annoncée pour fin août (officiel)

Le trafic ferroviaire entre Dakar et Bamako perturbée par les fortes pluies enregistrées dans la région de Kaffrine en juillet dernier devrait reprendre fin août, a annoncé vendredi, le Secrétaire d’Etat au réseau ferroviaire nationale, Abdou Ndéné Sall.

Lutte contre les inondations :
Mbour veut être pris en compte dans le plan décennal

Depuis quelques années la capitale de la Petite-Côte fait face à des inondations.  Pour mettre fin à ce phénomène, le Mouvement agir avec Macky pour le développement de Mbour (Am Dem) sollicite du président la prise en compte de la commune dans le plan décennal de lutte contre les inondations



Sénégal: LEGISLATIVES 2017
Démarrage de la campagne

securite SAPCO

La campagne électorale pour les législatives du 30 juillet est lancée depuis ce dimanche 9 juillet à minuit. Les 47 listes en compétition ont 21 jours pour essayer de convaincre les électeurs de les désigner parmi les 165 députés qui composeront la future Assemblée nationale. Les candidats feront des meetings, du porte-à-porte, des réunions publiques, des déclarations à la Rts, une campagne d'affichage, entre autres activités destinées à attirer les électeurs.

Lire l'article

Sénégal : premières pluies et déjà six morts à Oudalaye dans le nord du pays

Dans la nuit de lundi à mardi, les pluies diluviennes ont provoqué le décès de six personnes à Oudalaye, une communauté rurale de la région de Matam. Selon la presse locale, les fortes pluies ont touché cette localité du nord du pays pendant plusieurs heures. Causant ainsi d’importantes inondations. Les victimes ont péri suite à l’effondrement de deux maisons fortement endommagées par les pluies.

Lire l'article

Enfin, le nouvel aéroport de Ndiass est ouvert

Tout n’est pas au point à l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd). Malgré les assurances du ministre des Transports, Maïmouna Ndoye Seck, les cuves à kérosène ne sont toujours pas opérationnelles. Le journal DakarTimes cité par Seneweb révèle que ce sont des camions citernes chargés de kérosène qui quittent Bel Air pour ravitailler les avions stationnés sur le tarmac.
Outre les problèmes de sécurité qui expose le carburant à des infiltrations, la situation provoque des gros retards des vols.

Air France en a fait les frais avec un retard de 4 heures dans son plan de vol, dans la nuit du vendredi 8 décembre au samedi 9. De même que Brussels Airlines et Rwanda Air.
Smcady, la société chargée de la mise en place des cuves à Kérosène, signalait en novembre dernier au journal Le Quotidien dit qu’il faudrait au mois 6 mois pour mettre en état les cuves à kérosène.
D’autre part, ni vol ni atterrissage dans la nuit du 15 décembre, l’Aéroport international de Blaise Diagne (AIBD) du Sénégal, inauguré il y a seulement une semaine, vient d’être bloqué par le personnel navigant. Le syndicat des aiguilleurs demande de meilleures conditions de travail.
Les autorités sénégalaises ont-elles mis les charrues avant les bœufs ? A peine inauguré en grande pompe le 7 décembre, par le président de la République du Sénégal, Macky Sall, le « somptueux » Aéroport international de Blaise Diagne (AIBD) est déjà bloqué. Les contrôleurs aériens, membres du Syndicat des aiguilleurs du ciel au Sénégal (Sacs) ont mis leurs menaces à exécution.

Enfin, pour les premiers passagers, quelle ne fut pas leur consternation quand ils se sont retrouvés dans un aéroport où les temps d'attente pour les contrôles de police étaient plus importants que ceux pratiqués sur l'ancien aéroport. Le duty free pratique des prix trop élévés, il est très mal achalandé, les chasses d'eau dans les toilettes ne fonctionnent pas (il y a même des WC à la Turc !!), les salles d'attente possèdent les mêmes sièges inconfortables que dans l'aéroport de Dakar. Bref, cet aéroport n'est pas ou très mal fini, dans l'état actuel des choses il n'est pas fonctionnel. Enfin, compte tenu de l'attitude des personnes qui l'utilisent, il va très vite se trouver dans un piteux état...

Après 10 ans de travaux, on aurait pu esperer avoir un aéroport à la hauteur du coût et des ambitions, mais c'est très loin d'être le cas !!